Ce dossier
appartient
à la rubrique

 

 


Collie online - Le Colley - Insectes
Mise à jour le 26/09/2011 - 15:59
 

 

La dirofilariose

 

 

 

La dirofilariose (ver du cœur) est une maladie parasitaire qui peut toucher tous les chiens, ainsi qu'une trentaine d'autres espèces animales (coyote, renard, loup, chat domestique, furet, etc) .
La dirofilariose est due à Dirofilaria immitis, un nématode (semblable à un fil) de la famille des filaires qui parasite le coeur droit, l'artère pulmonaire et parfois la veine cave.
C'est une affection vectorielle, les vecteurs étant des moustiques des familles Culicidae et Culex.


Moustique Culex (Culex quinquefasciatus)


Seules les espèces culicidiennes dépourvues d'armature buccopharyngée assurent la transmission du parasite, les autres espèces détruisant les microfilaires lorsqu'elles les absorbent.

La dirofilariose est endémique en Europe du Sud et de l’Est, en Amérique du Nord et dans les régions sub-tropicales
Dans certaines régions ou pays comme les USA il s'agit maintenant d'une des principales pathologies de l'espèce canine.

 

La dirofilariose canine n’est pas une zoonose. L'être humain n'est pas un hôte naturel de la filaire.

La dirofilariose sous-cutanée (Dirofilaria repens)
Dirofilaria repens est l’agent de la dirofilariose sous-cutanée. Elle est transmise par piqûres de moustiques Culicidés, appartenant plus particulièrement au genre Aedes mais aussi au genre Culex.


Aedes albopictus

 


La dirofilariose sous-cutanée est endémique en Italie (La plaine du Pô comprise entre les provinces de Turin, Vercelli, Pavie et Alexandrie) et dans le sud de la France, et signalée dans 35 Pays.


L’Italie, en outre, est le seul Pays européen où la microfilarémie due à Dirofilaria repens a été signalée aussi chez le chat. L'augmentation des échanges commerciaux a favorisé la propagation de la maladie en déplaçant de manière involontaire les vecteurs de celle-ci que sont les moustiques.
Par exemple [1]:
Aedes albopictus, appelé moustique tigre asiatique, est un vecteur potentiel de différentes maladies infectieuses virales, telles que le chikungunya, la dengue ou la dirofilariose. Cette espèce, originaire d’Asie, s’est propagée à l’échelle mondiale ces 35 dernières années à la faveur du commerce international, notamment lors du transport de pneus usagés, dans lesquels des oeufs et des larves d’Ae. albopictus ont voyagé sans être décelés.
Après la phase d’introduction, les moustiques se sont propagés passivement, par les axes de circulation principaux, et activement, en se dispersant d’eux-mêmes. Grâce à sa grande capacité d’adaptation, le moustique tigre d’Asie est parvenu à s’établir dans des zones tempérées.
- Etats-Unis: 1ère découverte au Texas en 1985. Aujourd’hui présent dans 26 états, jusqu'à Chicago au nord. Introduit par des pneus importés. L’éradication de l’espèce n’est plus possible malgré les mesures de lutte.
- Italie: 1ère découverte en 1990 à Gênes. Aujourd’hui présent dans 19 provinces. Introduit par des pneus importés. Les zones les plus touchées sont la plaine du Pô, le lac de Garde, la Vénétie et Rome.
- France: 1ère découverte en Normandie en 1999 dans un entrepôt de pneus usagés. Risque important d'invasion à partir de l'Italie

 

 

Cycle de vie du ver

Les filaires sont des parasites vivant dans le sang qui circule dans le cœur du chien et dans les vaisseaux avoisinants. Elles peuvent mesurer de 10 à 30 cm de long, atteignent la maturité de 6 à 7 mois après l’infection et vivent pendant 5 à 7 ans environ. Une fois adultes, les filaires logées dans le cœur se reproduisent et leurs progénitures, que l’on appelle "microfilaires", circulent dans le sang de l’animal infecté. Lorsqu’un moustique femelle pique un animal infecté pour se nourrir de son sang (insecte hématophage), il ingurgite également les microfilaires qui s’y trouvent.
Au cours des deux ou trois semaines qui suivent, les microfilaires se développent en larves infectieuses à l’intérieur du moustique. Ensuite, lorsque celui-ci se nourrit à nouveau, il peut transmettre ces larves à un chien en santé en le piquant. Ils ne les inoculent pas. Les larves sortent activement de la trompe de l'insecte. En même temps, de l'hémolymphe est excrétée et recouvre les larves, les protégeant ainsi de la dessiccation. Les larves, ensuite, pénètrent dans la peau par le point de ponction de la trompe du moustique ou par des follicules pileux. Les larves atteignent la circulation sanguine du chien nouvellement infecté et parviennent à son cœur, où elles deviennent adultes et peuvent atteindre jusqu’à 35 cm de longueur. Le ver du cœur peut causer des dommages importants au cœur et aux poumons de votre animal et, sans traitement, la dirofilariose peut être mortelle.

Le cycle en résumé, et en image:
• les adultes vivent dans le ventricule cardiaque droit (4).
• les larves passent dans le sang du chien et le moustique ingère les larves lors de son repas sanguin (5)
• au bout de 10 à 30 jours la larve infectante gagne les glandes salivaires du moustique (6).
• Ainsi quand le moustique pique un autre chien, il transmet la larve infectante (1).
• La larve migre ensuite dans l’organisme du chien pendant des mois avant d’atteindre le cœur (2).
• Elle se transforme en adulte en trois mois (3).
• Le processus se répète ensuite dans le même ordre


Les symptômes de la dirofilariose (Dirofilaria immitis) comprennent:

Fatigue (le chien est facilement épuisé)
une perte de poids
une toux chronique.
Poils rugueux
La présence des filaires peut être décelée à l’aide d’analyses sanguines. Dans les cas plus avancés de la maladie, on a plutôt recours à l’échographie et à la radiographie.
Toute atteinte cardiaque chez un chien vivant ou ayant séjourné dans une zone d’endémie devrait faire penser à la Dirofilariose comme diagnostic différentiel.
Si l’animal n’est parasité que par quelques vers adultes, l’infestation peut passer inaperçue. La maladie n’apparaît qu’en cas d’infestation massive, sous forme d’insuffisance cardiaque, les vers empêchant le fonctionnement normal du cœur. La complication la plus grave est l’embolie pulmonaire, qui se produit lorsqu’une partie des vaisseaux pulmonaires est brutalement obstruée par un parasite ou un caillot. L’embolie pulmonaire peut conduire à la mort brutale de l’animal.

Le traitement est possible mais complexe; il requiert une surveillance étroite du médecin vétérinaire en raison de ses effets secondaires possibles. L’élimination des vers adultes se fait avec de l’Immiticide. Ce traitement n’est pas sans risque, les vers morts peuvent causer des chocs allergiques ou des embolies. Des traitements pour accompagner la destruction des parasites seront donc prescrits.


Dirofiloria immitis

 

Prévention:

L’importance réside donc dans la prévention de l’infestation. Plusieurs méthodes existent.
En comprimés:
Milbémax (attention, molécule concernée par MDR1), un vermifuge polyvalent qui peut prévenir l’infestation si on le donne tous les mois. Préférer la sélamectine, dont l'interaction avec la glyco-protéine-P est bien moindre que pour l'ivermectine.
Une étude réalisée par l'Université allemande de Giessen a montré que la concentration de sélamectine dans le cerveau de souris mutées pour MDR1 est 5 à 10 fois celle des souris non mutées, alors que pour l'ivermectine, la concentration atteint 36 à 60 fois celle des souris non mutées [2]
En Pipettes:
Stronghold ou Advantix pour une application mensuelle. Ils ne préviennent pas directement les filaires mais ont un effet répulsif.
En injection: Guardian SR dont la couverture protectrice de longue durée est intéressante pour les chiens vivant en zone endémique. il procure une protection de 6 à 8 mois (médicament à largage progressif).

Attention: Ces médicaments font appel à une molécule potentiellement dangeureuse pour les animaux concernés par la mutation MDR1.

En ce qui concerne la prévention, il existe des colliers à base de deltaméthrine qui préviennent les piqûres de moustiques pendant 6 mois (Scalibor).
Attention: la deltaméthrine appartient à la famille des pyréthrinoïdes. Leur toxicité pour les poissons et d’autres organismes aquatiques a d’importantes répercussions au niveau du rejet des déchets.
Contre-indications
Ne pas utiliser chez les chiots de moins de 7 semaines.
Ne pas poser le collier sur un animal présentant des lésions cutanées étendues.
Ne pas administrer aux chiens ayant des antécédents d'hypersensibilité aux pyréthroïdes.
Les pyréthrinoïdes sont toxiques pour le chat

 

Dirofilaria repens

On la rencontre couramment dans le tissu sous-cutané chez le chien et le chat dans des régions du sud de l’Europe, d’Afrique et d’Asie. C’est la filaire la plus commune au Nigeria. La filariose sous-cutanée affecte également l’Homme.

Principaux signes cliniques:
Le parasite se localise dans le tissu conjonctif sous-cutané, où il se déplace librement, s’accouple et produit des microfilaires sanguicoles.
Exceptionnellement, chez le chien, l’adulte peut provoquer la formation d’un nodule. Parfois les microfilaires peuvent être à l’origine de lésions cutanées prurigineuses simulant une dermite pseudo-eczémateuse.
Elle se manifeste par un prurit, avec ou sans lésions eczématiformes et possibilité de nodules sous-cutanés prurigineux, les vers adultes logeant au sein de profonds kystes sous-cutanés.

 


 

Références:

  • [1] Surveillance et contrôle du moustique tigre originaire d’Asie, Aedes (Stegomyia) albopictus, au Tessin: Cliquez ici
  • [2] Brain penetration of ivermectin and selamectin in mdr1a,b P-glycoprotein- and bcrp- deficient knockout mice. (J Vet Pharmacol Ther. 2009 Feb;32(1):87-96.) Institute of Pharmacology and Toxicology, Justus Liebig University of Giessen, Giessen, Germany Cliquez ici
  • CBIP Vet - Lutte contre les nématodes et les cestodes des carnivores domestiques, cliquez ici
  • AFMPS - Caractéristiques des Produits (notices scientifiques), cliquez ici
  • AFMPS - Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé, cliquez ici
  • AFMPS - Banque de données des médicaments à usage vétérinaire autorisés, cliquez ici
  • ENV Lyon - Dermatologie parasitaire du chien: Dirofilaria repens, cliquez ici

 

 

Nota:

  • Ceci est un exposé documentaire de vulgarisation qui ne saurait remplacer une consultation vétérinaire.
    Il ne peut avoir pour but de se substituer au praticien, qui demeure le seul apte à formuler un diagnostic.
    Collie online décline toutes responsabilités découlant de l'utilisation, l'appréciation ou l'exploitation des informations diffusées dans ces pages. Les informations présentées ne sont pas nécessairement exhaustives et restent du domaine général sans relation avec quelque cas particulier propre à personne physique ou morale.

 

 

 

Processionnaire du pin
Cheyletielloses
La leishmaniose
La dirofilariose
Les tiques
 
 
| Sommaire  |  Elevage  |  Expositions  |  Historique  |  Pedigrees  |  Le Colley  |  Wallpaper  |  Photos  |  Au quotidien  | 
 |  Pour me laisser un message  | 
C'est une création collie-online